Décès d’Adrien Pizzolitto

Madame, Monsieur, mes chers compatriotes,

En tout début de matinée, Mme Nicole Pizzolitto m’annonçait avec douleur et très grande tristesse le décès de son époux Adrien qui était hospitalisé à Sallanches depuis plusieurs jours après avoir été contaminé par le covid-19.

La disparition brutale d’Adrien est un choc pour tous ceux et celles qui l’ont connu et approché aussi bien amicalement que professionnellement.

Adrien était âgé de 83 ans et s’était installé dans notre commune le 16 septembre 1962. Il avait quitté son village natal de Cesarolo situé en Italie pour participer en tant que maçon à la construction des premiers immeubles situés au centre des Carroz. Il rencontre Nicole en 1962 qui deviendra son épouse : le 18 mars 1967. De leur union, ils auront la joie et l’immense bonheur de vivre la naissance de leurs deux filles Carole et Tatiana.

Adrien était un homme très fier de sa famille à qui il a témoigné un amour constant et sans faille. Adrien et Nicole ont construit ensemble leur maison familiale située à côté de l’actuelle crèche. Il avait aménagé une partie du rez-de-chaussée de sa maison en local commercial afin que Nicole puisse assurer la gestion du domaine nordique situé en face de leur domicile sur la plaine du Lays et sur les communaux. C’est en 1975 qu’il intégrera les services techniques municipaux où il occupera le poste de chef « maçon » jusqu’à sa retraite en 1997.

Après avoir été élu en 1989, j’ai eu la chance de le voir régulièrement dans l’accomplissement de sa tâche et je retiendrai de lui son immense compétence qu’il aimait faire partager. Il nous laisse son empreinte dans de nombreux édifices communaux comme une signature éternelle de sa vie communautaire passée parmi nous.

En votre nom, je lui adresse un immense merci et un profond respect.

Je vous adresse la réaction de Daniel Allamand qui fut son directeur : «Au delà de ses compétences professionnelles, son humanité et son caractère rendaient agréable les échanges avec lui et il prenait plaisir à répandre autour de lui ses vastes connaissances » et de rajouter «il est difficile de savoir que nous ne pourrons pas l’accompagner et lui rendre hommage une dernière fois. Adrien mérite la reconnaissance de toute la commune».

Sachons chacun à notre manière et au cours de cette période de confinement rendre l’hommage dont mérite Adrien. Rapprochons-nous de son épouse Nicole et de ses deux filles Tatiana et Carole pour les accompagner dans leur souffrance d’avoir perdu un mari aimé et un père adoré. Nos condoléances s’adressent également à son gendre Damien ainsi qu’à ses petits enfants, sans oublier les membres de toute sa famille italienne et de ceux composant la famille Renand.

Adrien, nous t’avons aimé et nous pensons à toi, repose en paix.

Le maire,
Marc Iochum