Culture

Un peu d'histoire

Patrimoine


UN PEU D'HISTOIRE

UN PEUPLE D'ELEVEURS

Un haut pays couvert de forêts… C'est par ces mots que l'on peut décrire la commune au temps où les hommes ne l'avaient pas encore découverte.

N'ayant pas d'indices sur les premiers habitants, une réflexion peut nous faire penser qu'après la dissolution de l'empire romain, les autochtones ont fuit de nouveaux envahisseurs (barbares, etc...) et trouvé refuge dans les montagnes qui entourent la commune. Au Moyen-âge, par contre, des écrits témoignent de l'évolution démographique : à cette époque, la commune compte entre 400 et 500 personnes.

Depuis leur arrivée, les hommes n'auront de cesse que de défricher les forêts pour s'installer. Rapidement, la culture du sol s'avère difficile à cause des caprices du temps, souvent peu clément à cette altitude. C'est donc naturellement que les ancêtres des arâchois se sont tournés vers l'élevage. Les produits sont alors vendus tous les lundis à Cluses dans un marché qui existe encore de nos jours.

L'INDUSTRIE DE L'HORLOGERIE

Mais au fil du temps, comme dans beaucoup de communes montagnardes l'agriculture ne suffisait plus à subvenir aux nouveaux besoins de la population. Une vague d'immigration se met alors en place, permettant à de nombreuses personnes de faire fortune en dehors de la commune et même dans les pays germaniques. Du 16ème au 18ème siècle, beaucoup de villageois tentèrent l'expérience, sans jamais oublier leurs racines : parmi les personnages ayant aidé la commune après avoir fait fortune à l'étranger, les plus célèbres sont Claude-Joseph Poncet, qui offrira une école à La Frasse en 1765 et Claude-Joseph Ballaloud qui introduisit l'industrie et le commerce de l'horlogerie dans la commune vers 1720. Dès 1757, environ 40 ouvriers-horlogers sont installés à Arâches. Ils seront 186 en 1844. A la Frasse, on en compte 80 en 1896 ainsi qu'une centaine d'ateliers à Arâches. C'est donc un véritable second souffle que M. Ballaloud a insufflé à la commune.

Après la guerre de 1914-1918, et la récession des années 20, Arâches voit son économie décliner et sa migration reprendre : 829 habitants en 1876 contre 420 en 1920.

L'ERE DU TOURISME

Avec la venue des congés payés en 1936, la commune connaît un renouveau grâce au tourisme. Le ski-club d'Arâches a vu le jour en 1930 et le syndicat d'initiative en 1937, avec la venue des premiers touristes, surtout des suisses.

Pourtant, le tourisme hivernal à Arâches avait de nombreux détracteurs qui voyaient le ski comme une activité d'appoint qui ne pourrait jamais remplacer une industrie horlogère déclinante.
Pourtant, après de nombreuses discussions et polémiques, le premier téléski des Carroz voit le jour en 1939, et la station s'offre un nouveau départ après la deuxième guerre mondiale avec la création de plusieurs remontées mécaniques, dont la première télécabine en 1954.

Dans les années 50, la commune est désormais "sur les rails du tourisme" et la station prend de l'essor : de nombreux immeubles sont construits, ainsi qu'une piscine et une patinoire. En 1964, le nombre de lits touristiques est estimé à près de 2000.

LA NAISSANCE DE FLAINE

En 1959, Eric Boissonnas, géophysicien découvre le site de Flaine à l'occasion d'une randonnée. Il a alors l'idée d'y bâtir une station qui serait un prototype en matière d'urbanisme et de design (il décide entre autre d'y implanter des créations d'artistes contemporains). Ce n'est pourtant que le 21 décembre 1967 que la station nouvelle génération voit le jour, après la création de la route un an plus tôt et de nombreuses négociations entre les propriétaires et la municipalité. L'hiver 67/68 voit l'ouverture du téléphérique des Grandes Platières et 36 ans après, Flaine comporte 4 sites : Flaine Forêt, Flaine forum, Flaine front de neige et le Hameau de Flaine (73 chalets scandinaves). Elle est la seule station des années 60 reconnue site classé.

Aujourd'hui, Flaine aborde un tournant dans son histoire : dans un avenir proche, l'Unité Touristique Nouvelle va permettre la construction de nombreux lits et le dépôt de nouveaux permis de construire. Ce projet prévoit également la création d'une nouvelle station d'épuration, qui conditionne l'augmentation du nombre de lits.

DES ANNEES 80 A NOS JOURS

Le Grand Massif voit le jour en 1980. Il comporte 5 stations reliées entre elles (Samoëns, Morillon, Les Carroz, Flaine et Sixt Fer à Cheval) et un forfait commun depuis 1981.

En matière d'équipements communaux, la commune s'est doté d'un centre sportif, d'une salle polyvalente, d'un centre équestre, d'une galerie d'art (la Galerie Montmartre) et depuis 2003, d'un parking de 500 places et d'une télécabine 8 places en 2004

Un nouveau centre multi accueil permet à nos enfants d’avoir accès à un pôle éducatif complet et à nos musiciens de bénéficier d’un environnement de qualité. La nouvelle crèche d’une capacité de 55 enfants ouvre ses portes le 22 décembre 2006.
La proximité de l’école, de l’espace Serveray et de la salle polyvalente du Mont Favy avec le nouveau centre multi-accueil va permettre de créer un réel pôle éducatif, sportif et culturel dynamique et de qualité pour les enfants de la commune et les petits vacanciers. L’autre objectif de la municipalité était d’offrir des conditions optimales pour les répétitions de l’harmonie municipale et les cours (pour enfants et adultes) de l’école de musique, afin d’encourager cette activité déjà très dynamique au sein de notre commune.

L'ADSL est installé aux Carroz et à Arâches depuis juin 2004 et depuis octobre 2004 à Flaine.


Patrimoine

La Commune d'Arâches La Frasse regroupe 12 hameaux, offrant quelques vestiges d'habitat ancien.

Nous pouvons inventorier sur la Commune secteur Arâches-Les Carroz :

  • un musée à l'église d'Arâches offrant des ornements religieux, des outils d'artisanat et d'horlogerie ainsi que des objets du 19ème siècle.
  • une chapelle au Pernant (1728) construite grâce à la donation d’un marchand émigré à Vienne. On peut y admirer un très beau retable récemment restauré comprenant entre autres deux belles statues en bois polychrome de St Nicolas.
  • 2 églises :
    - une à Arâches construite en 1725 sous l’impulsion de Jean de Lucinges, Curé de l’époque. Son architecture particulière associe église et presbytère dans un même édifice lui donnant un aspect sobre et massif. L’ intérieur contraste par la richesse de son retable de style baroque savoyard où l’on peut admirer un magnifique St Michel terrassant le dragon !
    - une à La Frasse édifiée en 1787. Elle possédait un beau retable dont il ne reste que 7 grandes statues de bois. Cependant, on peut y découvrir 2 très jolis retables latéraux de style baroque savoyard.
  • une chapelle ronde à Ballancy qui a la particularité d’être ronde et couronnée d’un superbe toit "cloche". L’extérieur étonne mais on est frappé par la richesse des décorations de l’intérieur composé d’un très beau retable, de peintures murales en « trompe l’œil » et d’un plafond décoré de fresques. Le style baroque s’est ici épuré. La chapelle date de 1839 et a été magnifiquement restaurée en 1988.
  • une chapelle à Treydon
  • des fours à pain en plus ou moins bon état de conservation
  • un chalet d'alpage de l’Airon : lac, exploité par un GAEC avec vente de fromages et petite restauration.

 

Mairie d'Arâches - 64 route de Frévuard - 74300 ARACHES LA FRASSE - Tél. : 04 50 90 03 40 - Fax : 04 50 90 07 63